« Les attentes et les pressions qui pèsent aujourd’hui sur les hommes leur demandent un niveau exceptionnel de courage, d’intégrité et d’authenticité… » (The ManKind project)

Je m’intéresse à la question de la masculinité depuis plusieurs années.

Le point de départ a été mon activité clinique de médecin généraliste. Je fais partie de cette génération de médecins dans laquelle les femmes étaient peu nombreuses. Quand je me suis installée mes patients étaient essentiellement des femmes et des enfants accompagnés de leur mère. Puis peu a peu sont venus des hommes soit seuls, soit pour accompagner leur enfants. La mutation sociale a été sensible. La profession s’est féminisée aussi.

Depuis quelques années le nombre d’hommes que je voyais en consultation augmentait au point de devenir, sinon majoritaire, au moins très important. Certains patients de mes collègues masculins s’adressaient également à moi en questionnant des aspects plus personnels de leur vie, leurs difficultés au travail, leur place dans la société, leurs relations de couple, et des questions plus intimes. Il m’a semblé percevoir un vrai malaise autour de la question de la masculinité, et la recherche d’un lieu pour l’exprimer. Ce qui m’a le plus étonné c’est qu’ils s’adressaient, a moi alors que certains d’entre eux avaient ou auraient eu facilement accès a un médecin homme.

Parallèlement a cela il me semblait que les femmes ne s’en sortaient pas mieux. Elles semblaient désemparées. Cherchant a la fois a conquérir une place dans la société qui semble encore loin de leur être acquise, et ne sachant plus très bien comment s’y prendre dans leur vie personnelle. Submergées par les injonctions contradictoires de toutes parts : sois féminine, mais développe ta compétence au niveau professionnel, sois une bonne mère mais « assure » au travail. Elles en parlaient, à leur médecin, à leurs amies, et développaient des lieux de parole pour le faire. J’en veux pour preuve le nombre de sites de coaching qui fleurissent pour aider les femmes a se développer professionnellement (voir à devenir « carriéristes » !! ) Et tout autant de sites pour les aider à développer leur pouvoir de séduction, attirer et garder l’homme de leurs rêves. Comme si le jeu avait changé. Le mythe du vaillant chevalier semble encore bien vivace, et bien des femmes préféreraient « voir leur homme mourir plutôt que de le voir chuter de son beau cheval blanc ».

Ce que je déduis de mon expérience clinique est que les hommes ont moins facilement trouvé de lieux pour en parler, et ont été freinés dans leur expression. Car dans le système de valeurs masculines, montrer de la vulnérabilité est considéré comme un signe de faiblesse.

Hors embrasser sa vulnérabilité est la condition de l’ouverture aux joies de la vie, à l’établissement de saines relations, au développement de la créativité… Que ce soit au niveau individuel, interpersonnel, ou dans le cadre professionnel.

Les questionnements de valeurs ou de normes qu’engendre la masculinité interpelle autant les hommes que les femmes.

Une étude américaine a posé la question de ce que les femmes doivent faire pour se conformer aux «  normes féminines ». Les réponses étaient : être douce, mince, modeste et utiliser tous les moyens possible au service de leur apparence physique. Si on interroge sur ce que les hommes doivent faire pour se conformer aux « normes masculines » la réponses était : contrôler ses émotions, donner la priorité au travail, conquérir un statut social, exercer la puissance physique, voire la violence.

Voilà un texte que j’ai eu des difficultés a écrire malgré ma réflexion ancienne, et appuyée sur une longue expérience d’écoute des hommes et des femmes.

Depuis la création de mon site et mon ouverture, la tourmente sociale et la forte interrogation sur le problème du « genre » déclenchée par « mee too » et « balance ton porc » a fait rage. Elle a entraîné une confusion qui était sous-jacente depuis bien longtemps, et qui est loin de s’éteindre.

La virulence de ce mouvement met certainement les hommes dans un grand questionnement, une difficulté, un défi, un besoin de parole.

Peut être le besoin de trouver un lieu de confiance peut leur être utile, un lieu , être écouté, pour échanger, réfléchir, et avancer dans leurs aspirations et leur projets.

Un lieu d’écoute bienveillante, un lieu où précisément leur virilité ne sera pas mises en question, où ils n’auront pas à prouver qu’ils sont des hommes, et où, inversement, on ne les soupçonnera pas d’être des harceleurs, des prédateurs ou des violeurs…

Le développement d’un tel lieu est donc aussi au service des femmes car la question de la masculinité interroge tout autant les hommes que les femmes.

Ce site est donc clairement destiné à la fois aux hommes et aux femmes.

La pression sur les hommes et sur les femmes est sans doute de nature différente, mais elle se situe dans les mêmes champs :

  • leur performance au travail (et dans des équipes)
  • leurs relations interpersonnelles dans la société, et dans le couple
  • le bien-être (c’est à dire l’art de cultiver l’acceptation de soi)
  • la spiritualité

Laisser un commentaire

Fermer le menu